CCAM

CCAM / Scène Nationale de Vandoeuvre

Esplanade Jack Ralite, Rue de Parme

54500 Vandœuvre-lès-Nancy

Tél 03 83 56 83 56

Musique /

Julius Eastman

Evil Nigger

Tous publics

sam 02 octobre - 20:00

Tarif adulte : 21 € / 17 € / 05 €

achetez vos places

Information pass sanitaire : En application de la loi N°2021-1040 du 5 août 2021 et du décret N°2021-1059 du 7 août 2021, il est désormais nécessaire de présenter un pass sanitaire (par QR code uniquement) pour accéder au lieu de représentation. Nous sommes désolés pour la gêne occasionnée.



Musique Action #37, festival de création sonore : session de rattrapage


En coréalisation avec l’Opéra national de Lorraine et avec l’aimable collaboration de la Salle Poirel

Julius Eastman : Composition • Melaine Dalibert, Stéphane Ginsburgh, Nicolas Horvath, Wilhem Latchoumia : interprétation / Production : Musica Festival international des musiques d’aujourd’hui / Coproduction : La Soufflerie - Scène Conventionnée de Rezé, Opéra de Rennes, CCAM - Scène Nationale de Vandœuvre.

Tout d’abord, il y a un compositeur oublié qui apparaît progressivement à notre regard comme l’un des créateurs majeurs du siècle dernier. Décédé d’un arrêt cardiaque dans la solitude d’un hôpital de Buffalo, huit mois passèrent avant que sa disparition ne fasse l’objet d’un article nécrologique dans le Village Voice. Noir, homosexuel, brillant, ce jeune homme en colère se nommait Julius Eastman. Toute sa vie durant, il n’a eu de cesse de se heurter aux murs d’une société cadenassée et d’un “establishment” musical qui goûtait peu ses outrances et son humour provocateur. En 1998, la compositrice Mary Jane Leach retrouve, de façon presque inespérée, des partitions d’Eastman. Grâce à sa persévérance, des séries d’enregistrements nous parviennent depuis lors et l’on découvre un compositeur aussi génial qu’iconoclaste, qui cabota aux marges du minimalisme et de l’école de New York, sans jamais se décider à se laisser happer par une esthétique. Ensuite il y a le fracas des premières mesures d’Evil Nigger, chef-d’œuvre impétueux pour quatre pianos. Une vague sonore qui se soulève et emporte tout sur son passage. Evil Nigger, Crazy Nigger et Gay Guerrilla, trois pièces que le compositeur surnommait les Nigger Series, ont été enregistrées en 1980 lors d’un concert auquel Eastman participa à la Northwestern University. Aujourd’hui, il y a quatre pianistes aussi virtuoses qu’aventureux qui s’emparent de cette musique pour la faire résonner avec toute sa hargne et sa furieuse beauté. Au final, il y a un concert conçu comme une plongée dans une matière claironnante à la texture dense et sensible, des motifs qui s’entrechoquent, se chevauchent et se répondent, comme pour dévoiler un autre visage du minimalisme.

Lieu : Salle Poirel, Nancy

Aller plus loin

> En lisant L'Ire entre les lignes, portrait posthume consacré par Libération à Julius Eastman

> En écoutant Julius Eastman, compositeur noir, gay, et oublié, chronique d'ailette de Laleu pour France Musique

> En lisant le portrait publié par le site Cases rebelles

×